Archipel Guadeloupe offre des expériences différentes d’une île à l’autre. Avec dépaysement assuré à chaque escale.

Rencontre avec Sonia Taillepierre, présidente du comité du tourisme des îles de Guadeloupe

Guadeloupe des îles qui invitent au voyage. En quoi se démarque-t-elle d’autres destinations de la région ?

La Guadeloupe des iles qui invitent au voyage. Précisons, que ce sont quatre territoires en un (Basse Terre/ Grande Terre, la Désirade, Marie-Galante et les Saintes). Les touristes peuvent séjourner dans ces différents endroits et apprécier leur diversité. Il y a une forme de dépaysement. Chaque île n’est jamais très loin d’une autre. Il faut compter trente minutes de trajet entre chaque île. Elles sont toutes plus belles les unes que les autres. Plages, rivières, les lieux à découvrir sont divers et variés. “Moi-même, native de la Guadeloupe, je prends plaisir à découvrir de nouveaux sentiers de randonnée par exemple.

Sur quel type de tourisme mise le comité du tourisme des îles de guadeloupe ?

La Guadeloupe des iles qui invitent au voyage et à tous les voyages. Notre différence, c’est notre diversité culturelle et gastronomique. Après plusieurs sondages, nous avons compris que les touristes souhaitent avant tout découvrir notre identité et notre culture. Ainsi, nous avons travaillé sur ces axes-là. Pour ce qui est du tourisme vert, il se développe, en témoignent les sorties en kayak dans la mangrove qui per- mettent de découvrir une biodiversité méconnue. C’est une activité récente qui rencontre un certain succès.

Sur quels points insiste le comité des iles de Guadeloupe pour encourager la population locale, et ses voisins antillais, à découvrir ou redécouvrir la Guadeloupe ?

Dès le début du confinement nous avons fait une campagne locale en raison du contexte. Aussi, nous avons valorisé l’île soeur, la Martinique, et elle en a fait de même pour nous. Le but est de permettre au secteur touristique de sortir la tête de l’eau. Personnellement, je me suis prise au jeu de redécouvrir mon territoire. A long terme, le but est de capter ce public (guadeloupéen, martiniquais, etc.) et de l’inciter à explorer sa propre région. Certains nous ont même demandé pourquoi nous n’avions pas lancé cette campagne avant.

Comment la crise sanitaire oblige-t-elle le secteur touristique à se réinventer ?

Premièrement, la question qu’on se pose notamment après le retour des motifs impérieux pour se rendre en Guadeloupe depuis la métropole. En attendant la levée de cette mesure, nous continuons à valoriser notre destination. On va réfléchir à la façon de réinventer le tourisme, inciter les locaux à redécouvrir leur territoire. Avec la septaine, nous réfléchissons à proposer des séjours plus longs et des activités adaptées. Résultat, nous avons près de 400 000 habitants en Guadeloupe mais cela ne suffira jamais à remplir nos hôtels. Il faut que nous soyons inventifs et réactifs pour faire face à cette situation.

Site web : www.lesilesdeguadeloupe.com

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.