L’ART & LA MODE

TEXTE_LYNE KACZMAREK / PHOTO_LUIGI & LANGO - DR PRESS : IRIS VAN HERPEN

L’art et la mode deux mondes fascinants, où le goût du beau, de l’esthétisme et la passion pour l’ostentatoire trouvent leurs points d’expression ultime. Plus que des sources d’inspiration, ils s’observent mutuellement et se rencontrent parfois en brouillant les frontières : artiste créateur, collaboration artistique ou citations hommages…

La robe Mondrian (1965) d’Yves Saint-Laurent  incarne peut-être la plus célèbre citation artistique dans une collection. Si les Compositions Rouge, Jaune et Bleu de Mondrian dans les années 20 révolutionnent la peinture moderne, 40 ans plus tard les créations de Saint-Laurent deviendront iconiques et marqueront l’histoire de la mode des années 60. Le couturier s’exprimant sur sa carrière en 2002 précise d’ailleurs « J’ai participé à la transformation de mon époque. Je l’ai fait avec des vêtements, ce qui est sûrement moins important que la musique, l’architecture, la peinture… mais quoi qu’il en soit, je l’ai fait ».

L’hommage artistique reste aujourd’hui très vivant sur les podiums comme en 2016 avec la collection Haute Couture Viktor & Rolf, directement inspirée des portraits Cubistes de Picasso. Véritable hommage ou caution intellectuelle ? Si la mode semble se nourrir de l’art, l’art renouvelle-t-il ses recherches esthétiques par le prisme des défilés et des collections ? 

Figure artistique des années 20 et 30, Sonia Delaunay semble prendre part à ce questionnement. Ses recherches esthétiques sur les couleurs simultanées la mènent vers la mode qu’elle expérimente pleinement. Plus qu’une source d’inspiration, elle fonde un atelier de couture, une boutique et une maison de tissu où elle imprime elle-même ses modèles. 

Souvent pénalisée par la critique pour cet aspect de son œuvre, pour elle, comme elle l’écrit en 68 « tous ces travaux étaient créés pour les femmes et toujours avec une idée de construction par rapport au corps. Ce n’était pas des copies de tableaux transposés sur la femme comme l’ont fait d’autres couturiers avec Piet Mondrian ou les peintres du Op’art78. » Sonia Delaunay reste un exemple un peu à part des rapports existants entre l’art et la mode. 

Mais quelles en sont les réponses aujourd’hui ? A l’instar de l’américain Tom Sacchs, certains artistes jouent avec les codes et les logos de grandes marques. Il s’agit alors de nourrir leur motif ou dans le cas de Sacchs avec sa tronçonneuse Chanel ou ses toilettes Prada de dénoncer un certain consumérisme incarné par la mode et le luxe. 

Pourtant depuis une quinzaine d’année, le lien prédominant qui s’affirme entre l’art et la mode reste la collaboration artistique à l’image de Yayoi Kusama et Vuitton en 2012. Il ne s’agit pas ici de renouveler une recherche artistique, mais plutôt de décliner son motif sur les collections d’une grande marque, 

« l’objet devenant alors pièce de collections, et l’artiste lui-même objet de marketing. »

Dans ce phénomène, la boucle va encore plus loin, car à la tête des maisons de hautes coutures se sont les mêmes groupes qui détiennent aujourd’hui les plus grandes fondations d’art contemporain (Vuitton, Cartier, Prada…), impulsant simultanément collaboration artistique d’un côté et exposition de l’autre.

Ce phénomène actuel allant jusqu’à déstabiliser l’hégémonie de certaines grandes institutions publiques qui ne peuvent rivaliser avec ces structures-stars de l’art. Au-delà des collaborations, les défilés eux-mêmes prennent l’aspect de véritables installations, voire expositions d’art contemporain à l’image du défilé Dior Haute Couture printemps été, en janvier dernier. Le défilé a pris scène dans une structure gonflable inspirée d’une sculpture de l’artiste Judy Chicago et installée dans le jardin du Musée Rodin à Paris. L’espace intérieur abritant pour l’occasion des étendards brodés de citations de l’artiste et l’ensemble de l’installation éphémère était accessible à la visite grand public. L’art devient ici un écrin de mode et brouille un peu plus les frontières. 

Au-delà des collaborations et autres recherches d’esthétique, l’art et la mode s’unissent dans un genre artistique à part : la photographie de mode. Liée à l’histoire des magazines tels Vogue ou Harper’s Bazar, la photographie s’est imposée pendant tout le XXe siècle comme le média privilégié de la mode. Si à l’instar de Man Ray c’est au départ l’occasion pour les photographes de recevoir des commandes et de pousser leurs recherches, ils vont par la même occasion créer un genre à part, aujourd’hui des photographes comme Mario Testino, David Lachapelle, Terry Richardson, Steven Meisel, Peter Lindbergh et même certains français : Jean-Baptiste Mondino ou encore Patrick Demarchelier… sont représentés par des galeries et exposés dans des musées et des salles de vente. Dans cette lignée, la peinture de mode, dont la jeune artiste canadienne Chloé Wise a jeté les bases pour la marque Jacquemus, semble un nouveau phénomène à suivre.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.